The Gentlemen : Le nouveau costume british, décrytpage d’un style unique

Le phénomène “the gentlemen” est inratable en ce début d’année 2020. Au point que l’on me demande même lors des rendez-vous de créations de costumes sur-mesure, s’il est possible de s’inspirer de ce style so british. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre de rédiger un article qui vous permettra de mieux comprendre les subtilités et la symbolique des détails qui font le style de “The gentlemen”.

 

Alors j’ai tapé “the gentlemen” sur google et j’ai redécouvert d’une part un costumier hors pair, Michael Wilkinson, qui avait également habillé les acteurs du film “American Bluff”, mais j’ai aussi remarqué la présente du tailleur de renom, monsieur Sheikh Ali.

 

J’ai d’abord été piqué par cette idée d’un mélange entre la fougue de Wilkinson, aux inspirations volontairement éclectiques, la patte de Monsieur Ali, qui maîtrise son sujet à la perfection. Un peu comme si Picasso et Monnet s’étaient retrouvés autour d’une toile pour créer un tableau unique.

Je ne vais pas m’étendre sur le film en lui même. J’ai juste été surpris de quelques mauvaises critiques de ce film. J’ai notamment pu lire “un film ringard, sans âme”, ou encore “Une oeuvrette démodée, dans son jus…”. Pour le coup, j’avais également peur de m’ennuyer devant un polar.

 

Mais si l’on est objectif, on ne peut nier le talent des acteurs, ni la sincérité de ce scénario, truffé de références cinématographiques. Malgré une intrigue plus que chaotique, le réalisateur nous propose une manière bien à lui de voir les choses, comme si le spectateur était invité à la réalisation du scénario. A titre personnel, j’y ai surtout vu un film à la fois élégant et subtil. Le souci du détail est incroyablement respecté, et que dire du style de ces nombreux protagonistes...

 

Analysons ensemble les différents styles mis en avant par cette palette de personnages, semblant décidés à ouvrir l’ère du nouveau costume british.

The Gentlemen : Le style british revisité (ou british modern)

Ce qui nous frappe dès les premières minutes du film, c’est ce style étrange, le british modern. Le costumier Wilkinson, comme à son habitude, a su imprégner une personnalité à travers un style, qu’il va s’efforcer de présenter au fil de l’avancée du scénario.

Sa maîtrise de la symbolique des matières et des couleurs ne fait aucun doute. C’est certainement une des raisons pour lesquelles le réalisateur Guy Ritchie lui a laissé carte blanche pour les créations. Sa seule exigence était que l’on puisse rapidement reconnaître les protagonistes, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est réussi. Nous pourrions d’ailleurs aisément deviner la personnalité des personnages sans même les entendre. D’un point de vue cinématographique, c’est également une belle manière de différencier les personnages qui sont assez nombreux et qui s'entremêlent constamment.

Le style de Farell, alias le coach

Après une vie de voyou, le coach s’est rangé. Il ne cherche plus à se mettre en avant, ni à prouver quoi que ce soit. Pourtant son style est très bien pensé, à la fois street-wear et puissant.

 

La première chose qui saute aux yeux, ce sont ses lunettes. So années 80’. Quoi de mieux pour mettre en avant le côté aiguisé du style de Farrell. C’est l’élément clé qui parfaire l’ensemble du look et qui met sa personnalité en exergue. Audacieux et vintage, à l’image du personnage. 

Le style de Matthew McConaughey, alias Mickey Pearson

Pour le style de Mickey Pearson, l’ensemble des costumes ont été faits sur-mesure par le célèbre tailleur Sheikh Ali. Tout est magnifiquement bien pensé, jusque dans les moindre détails afin de retranscrire la personnalité de Mickey Pearson. Si l’on doit se projeter sur la mode de demain, Monsieur Ali serait certainement un des leaders crétifs d’un style hybride. Le look est décontracté, mais sans perdre son élégance caractéristique. On y aperçoit notamment un tissu rétro, qui n’en reste pas moins moderne. Le costume à carreaux fenêtres nous rappelle évidemment la mode des années 60’, sans que nous tombions dans l’excès d’un look trop marqué “vintage”. Dans “The Gentlemen”, tout a été très savamment pensé pour créer des alliances. 

 

On y découvre un mélange subtil de couleurs, sans que l’on en associe plus de deux. La veste fait office de pièce maîtresse, élégamment rappelée par une pochette dans la même teinte. Le protagoniste ne porte jamais de chemise. Le style sportswear du polo équilibre parfaitement celui de la veste vintage. Enfin, la couleur du polo n’est pas sans rappeller  l’ensemble du costume, mais dans une teinte légèrement moins prononcée, afin de donner la profondeur nécessaire à la pureté de la veste en tweed.

 

Dans cet idée de balance entre différents styles, notons la présence des revers larges, permis notamment par la coupe à l’italienne et la construction d’épaule napolitaine, qui modernisent l’ensemble. Les poches de veste sans rabats parfairent, quant à elle, le style d’une coupe très épurée. La coupe du costume sur-mesure est également d’inspiration italienne : la veste et le pantalon sont cintrés, les biceps sont moulés et les longueurs sont parfaitement ajustées pour équilibrer la hauteur buste avec la hauteur jambe de Matthew. Le style en dit également long sur la psychologie du personnage. 

The Gentlemen” présente un vieux lion relativement sûr de lui. Il connait la valeur de son statut et n’a désormais plus rien à prouver à personne. A chaque nouvelle scène, nous le voyons avec un style incroyable parachevé d’une attitude décontractée, comme si se vêtir relevait d’une facilité déconcertante. Concernant le tissu, le tailleur Ali a choisi les matières les plus nobles : mohair, soie, cachemire, semblant provenir tout droit des liasses d’un drapier british de renom comme Holland & Sherry...

Style de Charlie Hunnam, alias RAY:

Charlie Hunnam nous propose un style nettement plus décontracté. Le look de Charlie correspond bien à sa personnalité très calme, limite “intello”. Nous sommes dans des costumes sobres, mais toujours élégants. Le trois pièces est de rigueur pour parfaire un style élégant lorsque l’on porte un tissu en flannelle. Style confortable et matières lourdes (flannelle, tricot, grosse mailles…), mais toujours en trois pièces-cravate. Encore une fois, le mélange est très savamment dosé.

 

Mais le look global de Charlie reste peu recherché, contrairement à celui de son boss. Ne pensant pas être pré-destiné pour ce milieu, il n’entreprend que peu d’efforts afin d’apporter une quelconque valeur à son style.

Le style de la team du coach

Le style décallé de la team du coach est l’un de mes coups de coeur. Tout a entièrement été designé et fabriqué par l’équipe de stylistes du film.

 

L’idée d’associer un style de tailoring british somme-toute traditionnel à un look sportswear est majestueusement mise en pratique. Les puristes y aperçevront notamment la présence de bandes sportswear sur le carreau fenêtre, le tout dans une palette de couleur très hétéroclite. Autant dire que le résultat est incroyable.

 

Wilkinson a osé réinventer le kilt. Qui sait si ce style n’est pas destiné à réellement voir le jour d’ici quelques années ?

Le style d’Henry GOLDING, alias Dry Eye

Le style d’Henry est selon moi le moins travaillé du film. A travers son look, on voit un jeune homme ambitieux désireux d’afficher les codes de son statut social de gangster, avec de très belles pièces. Mais contrairement à son père, on ne retrouve pas de patte particulière. On ne pourra néanmoins qu’apprécier l’idée de créer un style casual-élégant avec des belles matières. Arborer ce style est certainement une manière de délivrer un message aux spectateurs. Henry veut être aussi respecté que son père, tout en portant une vision du monde plus jeune.

Pour ce qui est des pièces de confection, Wilkinson a mélangé des pièces de haute-couture avec des pièces vintages, qu’il a lui même été trouver dans les quartiers londoniens.

C’est encore une fois très bien pensé et subtile car il respecte bien la balance en incorporant un élément vintage au service d’un accoutrement guindé et élégant.

Showrooms sur Rendez-Vous :

  • Rue Girouix, 92500 Rueil-Malmaison

  • Rue Jules Chalande, 31000 Toulouse

  • 2 Rue du Château Trompette, 33000 Bordeaux

  • Place de la République, 21000 Dijon

Julien : 06 68 30 75  53

Hugo : 07 88 12 94 58

contact@bymonsieur.com

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram